Jeûne intermittent : pourquoi faire et comment se lancer ?

Jeûne intermittent : pourquoi faire et comment se lancer ?

4 janvier 2018 0 Par Lauriane Besse

Saviez-vous quel processus consomme le plus d’énergie dans votre corps ? La digestion !

En jeûnant cette énergie est économisée et utilisée pour d’autres tâches plus nobles.

Pour la plupart d’entre nous, le jeûne complet semble difficile à réaliser. C’est pourquoi il existe une variante : le jeûne intermittent.

 

Qu’est ce que le jeûne intermittent ?

 

Le jeûne intermittent consiste simplement à sauter un repas dans la journée : le petit-déjeuner, le déjeuner ou le diner.

Ce qui est différent du jeûne « complet », car dans ce jeûne on ne mange à aucun des repas (on ne fait que boire de l’eau, des tisanes ou des bouillons pendant un certain nombre de jours).

Le jeune intermittent est psychologiquement plus abordable pour les « débutants du jeûne » (moins de privation), et plus facile à mettre en œuvre au quotidien dans une vie sociale normale. On peut le faire sur une plus grande durée que le jeûne complet car il met l’organisme moins à l’épreuve. Il y a très peu de risque en effet de subir une « crise curative » avec un jeûne intermittent (signes de détoxification comme des migraines, troubles digestifs, nausées etc…).

 

Quels sont les bénéfices ?

 

Les bénéfices du jeûne intermittent pour le corps sont multiples et proches de ceux du jeûne complet. Ils ont été prouvé depuis des millénaires : que ce soit sur le plan physique (fatigue, régulation du poids, désordres métaboliques, maladies chroniques…) ou sur le plan mental (aide à la concentration, ouverture de conscience, augmentation des capacités sensorielles et intellectuelles).

✔️ En enlevant un repas dans la journée sur plusieurs mois, tout en continuant à manger comme d’habitude le reste du temps, on réduit ses apports caloriques. Pour continuer à assurer son fonctionnement normal, le corps va en effet puiser dans ses réserves, notamment dans les graisses. C’est donc intéressant pour les personnes qui cherchent à réguler leur poids.

✔️ Le fait de ne pas consommer un repas met pendant une longue période l’intestin au repos (environ 16h, nuit comprise). L’énergie de la digestion ainsi économisée est utilisée par l’organisme pour se purifier et se reconstruire. Sauter un repas peut être idéal justement pour se requinquer en cas de désordre digestif occasionnel ou de début d’infection (rhume, état grippal,…).

✔️ Le jeûne intermittent permet assez rapidement de prendre conscience que l’on s’alimente trop et qu’il est tout à fait possible de se sentir bien (voire mieux) en ingérant moins d’aliments : privilégier la qualité à la quantité. Cette pratique induit petit à petit un changement en profondeur dans nos habitudes alimentaires pour « mieux manger ».

 

Concrètement comment je commence ?

 

Le jeune intermittent est psychologiquement plus abordable pour les « débutants du jeûne » (moins de privation), et plus facile à mettre en œuvre au quotidien dans une vie sociale normale. On peut le faire sur une plus grande durée que le jeûne complet car il met l’organisme moins à l’épreuve. Il y a très peu de risque en effet de subir une « crise curative » avec un jeûne intermittent (signes de détoxification comme des migraines, troubles digestifs, nausées etc…).

En pratique, je recommande de sauter le diner (ou le petit-déjeuner). C’est plus simple socialement et moins rude pour les personnes qui exercent une activité professionnelle exigeante. Seule l’eau (ou tisanes ou bouillons) est autorisée pendant le repas sauté.

Débutez en faisant ce jeune intermittent 1 fois par semaine (par exemple le dimanche matin), puis augmentez progressivement jusqu’à trouver votre rythme de croisière. Ce type de jeûne peut se faire toute l’année ou par cure de quelques semaines.

Bien entendu, pour en tirer tous les bénéfices, ayez le reste du temps une alimentation variée et équilibrée en limitant les charcuteries, viande rouge, produits laitiers, fritures, viennoiseries et sucreries ! Privilégiez les fruits et légumes crus (entiers ou en jus, soupes…), céréales complètes et légumineuses, les œufs, viandes blanches et poissons !