J’ai arrêté le sucre pendant un an : les effets sur mon corps

Ce mois-ci nous vous proposons un témoigne de Salem, 23 ans, qui a décidé d’éradiquer les sucres raffinés de son alimentation. Il nous explique pourquoi et comment il a réussi à relever ce challenge !

« Facteur de surpoids, d’addiction et favorisant l’inflammation, le sucre est aujourd’hui présenté comme le nouvel ennemi public numéro un !

De fait, si l’Organisation Mondiale de Santé préconise de ne pas dépasser les 25 grammes de sucre journaliers (soit l’équivalent de 6 cuillères à café), la plupart des Français consomment facilement le triple de cette dose maximale. En effet, entre les encas sucrés et les sucres cachés dans de nombreux produits du quotidien (conserves, jambon, pain…), nous pouvons sans même véritablement nous en rendre compte consommer jusqu’à 100 grammes de sucre par jour, pouvant ainsi impacter notre santé.

J’ai donc pris mon courage à deux mains et ai décidé de dire non aux friandises et autres douceurs sucrées qui jadis rythmaient mon quotidien : la seule source de sucre que je m’autoriserais alors seraient les fruits frais et jus pressés à froid. Au bout d’un an de ce régime, je vous livre donc mon expérience ainsi que bienfaits que j’ai pu en retirer.

Un sevrage difficile mais efficace

Je ne me suis jamais perçu comme quelqu’un d’addict au sucre. Enfant, je mangeais beaucoup de fruits et légumes frais et mes parents étaient très sensibilisés à la nutrition.  Je ne me suis jamais énormément écarté de cette hygiène de vie même si je ne rechignais jamais à manger une part de gâteau à l’anniversaire d’une amie ou bien à piocher dans le bol de bonbons lors des pots de départs de collègues.

Lorsque j’ai décidé de supprimer les sucres ajoutés de mon alimentation, j’ai donc pensé que ma nouvelle hygiène de vie ne serait qu’une promenade de santé ! A mon plus grand étonnement, l’arrêt du sucre s’est avéré être une expérience assez difficile.

En effet, j’ai très vite réalisé que nous sommes tous emprisonnés dans une forme d’addiction aux sucres. Durant les premiers jours, je rêvais littéralement de sucre durant la journée : glaces, pâtisseries et bonbons m’obsédaient alors même que leur consommation n’avait été jusque là qu’occasionnelle. Mon corps était en désintoxication et réclamait la dose de sucre que je lui confisquais alors.

Heureusement, cet état a n’a duré qu’une semaine puis s’est peu à peu résorbé, si bien qu’au bout de la troisième semaine, je n’avais aucune envie de sucré.

Aujourd’hui, après un an de régime sans sucre, mon corps s’est totalement déshabitué au goût sucré et je peux profiter en toute sérénité des effets extrêmement bénéfiques de cette désintoxication sur mon corps.

J’ai enfin retrouvé le goût des aliments !

Dans nos sociétés industrialisées, nos goûts se sont accoutumés à des produits transformés présentant des niveaux de sucres extraordinairement élevés.

Depuis que j’ai arrêté le sucre, j’ai réussi à retrouver le véritable goût des aliments et suis désormais capable de trouver qu’une carotte est sucrée !

Les aliments industriels m’apparaissent comme excessivement sucrés et m’écoeurent très rapidement, j’écarte donc très facilement ces produits de mon alimentation.

Une nette amélioration de l’éclat de ma peau

J’ai toujours eu des petits problèmes d’acné sans gravité mais assez fréquents pour m’enquiquiner lors de rendez-vous importants. J’avais également une peau grasse et réactive et la moindre crème suffisait à me donner des boutons.

Depuis mon sevrage du sucre, ma peau est devenue nettement moins réactive et enflammée. Et l’acné n’est qu’un vague et brumeux souvenir En me renseignant sur le sujet, j’ai appris que le sucre, en stimulant la production d’insuline dans le sang, favorise en même temps la production de sébum. En baissant drastiquement ma consommation de sucre raffinés, j’ai ainsi diminué les toxines ingérés et permis à mon organisme de se détoxifier avec des résultats externes visibles.

Une explosion d’énergie 

Les produits sucrés que je mangeais habituellement étaient souvent riches en mauvaises graisses et pauvres en fibres et en protéines. Par conséquent, je souffrais souvent de fringales entre les repas. Il m’était également impossible de rester concentré au travail, notamment le matin et en début d’après-midi. En effet les repas étaient systématiquement suivis de coups de pompe durant lesquels ma seule obsession était de trouver un endroit calme où végéter.

En arrêtant le sucre j’ai inévitablement supprimés de mon quotidien tous les produits industriels riches en calories vides et en sucres ajoutés. J’ai troqué mes anciennes habitudes alimentaires pour des repas faits maison et riches en protéines et en graisses d’excellente qualité.

Par conséquent, mon corps bénéficie désormais d’un regain exceptionnel d’énergie ! Je suis ainsi capable de travailler d’une traite tout l’après-midi sans ressentir la moindre baisse de concentration, ce qui était absolument imaginable autrefois.

Une perte de poids rapide

Même si ce n’était pas du tout le but initial, j’ai rapidement constaté une perte de poids significative, notamment au niveau abdominal. Cela m’a semblé extraordinaire au départ car je ne m’imposais aucune restriction calorique, au contraire. Je mangeais à ma faim et remplaçais toutes mes envies de sucres par des oléagineux, des fruits frais et des jus pressés à froid. En réalité, l’arrêt du sucre m’a surtout aidé à contrôler ma glycémie.

Adopter une alimentation à indice glycémique bas, m’a permis de conserver des niveaux énergétiques stables et d’avoir ainsi moins de fringales. C’est également en arrêtant le sucre que j’ai réalisé à quel point ce dernier ouvrait l’appétit. En effet, le sucre est impliqué dans le brouillage des signaux de satiété envoyés au cerveau. Sans sucres ajoutés, mon corps consommait donc à sa faim et ne risquait donc pas de stocker de calories en trop.

Verdict sur mon régime sans sucres

Vous l’aurez donc compris, l’arrêt du sucre ajouté a totalement transformé mon mode de vie et s’est accompagné de bénéfices à la fois sur ma santé et sur mon moral.

Il faut néanmoins être conscient qu’il s’agit d’une démarche qui reste difficile, surtout au départ durant la phase de désintoxication. Il faut également reconnaître qu’il est parfois assez ardu d’assumer son nouveau régime sans sucre en société. En effet, la consommation de sucre a une dimension sociale et le refus de s’y soumettre peut souvent être interprétée par une volonté de différentiation ou même de jugement par son entourage.

Quoi qu’il en soit, il faut également savoir lâcher du leste de temps à autres et ne pas rentrer dans un mécanisme de culpabilisation lorsque l’on fait quelques écarts. »

Vous avez apprécié consulter notre article ?
Découvrez nos jus PAF d’exception, alliant santé & bien être !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *